Agenda

Photographe-Bertrand-Pichène-4-1

  • sam
    02
    Fév
    2019

    Au long de la Loire / Ensemble Jacques Moderne / dir. Joël Suhubiette

    20h30Festival la folle journée, Nantes (44) F

    Au Long de la Loire 11 chanteurs a cappella – direction Joël Suhubiette, programme de polyphonies de la Renaissance qui agit comme un portrait musical du fleuve. Il se construit autour des compositeurs ayant vécu au bord de la Loire : Jean de Ockeghem, Clément Janequin, Fabrice Caietain, Pierre Certon, Jean Mouton, Antoine de Févin et Guillaume Faugues.Ce programme est enrichi d’une ouverture sonore réalisée par l'audio-naturaliste Boris Jollivet, qui viendra compléter, en intermède, les pièces musicales.

  • dim
    03
    Fév
    2019

    Au long de la Loire / Ensemble Jacques Moderne / dir. Joël Suhubiette

    16h30Festival la folle journée, Nantes (44) F

    Au Long de la Loire 11 chanteurs a cappella – direction Joël Suhubiette, programme de polyphonies de la Renaissance qui agit comme un portrait musical du fleuve. Il se construit autour des compositeurs ayant vécu au bord de la Loire : Jean de Ockeghem, Clément Janequin, Fabrice Caietain, Pierre Certon, Jean Mouton, Antoine de Févin et Guillaume Faugues.Ce programme est enrichi d’une ouverture sonore réalisée par l'audio-naturaliste Boris Jollivet, qui viendra compléter, en intermède, les pièces musicales.

  • dim
    17
    Fév
    2019

    Bach Konzert Olten / La Pedrina / F. Saverio Pedrini

    17:00Olten (CH)

    Cantate BWV 29 "Wir danken dir, Gott, wir danken dir" - À toi nous rendons grâce, ô Dieu

    Bach Konzert Olten / La Pedrina / F. Saverio Pedrini

    St Martin Kirche, Olten, Suisse

  • sam
    16
    Mar
    2019

    La finta pazza, Francesco Sacrati, / Opéra Royal de Versailles / Leonardo García Alarcón (dir. musicale) & Jean-Yves Ruf, (mise en scène)

    19:00Opéra Royal de Versailles (78) F

    Mariana Flores, Deidamia
    Filippo Mineccia, Achille
    Gabriel Jublin, Ulisse
    Valerio Contaldo, Diomede
    Alejandro Meerapfel, Licomede
    Norma Nahoun, Minerva | La Fama
    Kacper Szelążek, Eunuc
    Marcel Beekman, Nodrice
    Salvo Vitale, Capitano
    Julie Roset, Aurora | Giunone
    Alexander Miminoshvili, Vulcano | Giove
    Fiona McGown, Tetide | Vittoria
    Aurelie Marjot, Donzella 1
    Yang Xiu, Donzella 2
    Sarah Hauss, Donzella 3
    Ruben Ruf, Pirro
    Cappella Mediterranea
    Leonardo García Alarcón, Direction
    Jean-Yves Ruf, Mise en scène
    Anaïs de Courson, Assistante à la mise en scène
    Laure Pichat, Décors
    Claudia Jenatsch, Costumes
    Christian Dubet, Lumières
    Cécile Kretschmar, Perruques
    Présentation

    NOUVELLE PRODUCTION
    "On rapporte souvent le succès incroyable de La Finta Pazza à Venise en 1641 à la présence de la diva Anna Renzi et à la machinerie étonnante de Torelli. Mais un spectacle avec un très bon chanteur et une machinerie impressionnante ne peut absolument rien donner si la musique n’est pas extraordinaire. Dès que j’ai pris connaissance de cette partition, qui n’a presque jamais été jouée de nos jours, j’ai immédiatement compris que cette musique avait une qualité surprenante, et pourquoi elle avait produit, même en France, un effet aussi marquant sur le jeune Louis XIV. C’est une pièce qui propose quelque chose de nouveau dans l’histoire de la musique, à un moment où l’opéra devient public, avec un rapport entre texte et musique extrêmement abouti. C’est cette qualité, la qualité de cette musique qui explique que La Finta Pazza fut le premier opéra donné à la Cour de France en 1645, ce pays qui ne connaissait pas du tout l’opéra.
    Si, pour prendre un point de repère, on compare la musique de Sacrati à celle de Monteverdi, on s’aperçoit qu’elle est déjà beaucoup plus ornée, avec plus de colorature, une virtuosité plus explicite, ce que Monteverdi essayait d’éviter lorsque le texte ne le proposait pas, qui l’emmène vers l’opéra plus tardif. Sacrati est en réalité plus proche d’un compositeur comme Cavalli, même si dans l’harmonie, il propose des choses très nouvelles, comme des 4/2, des neuvièmes/septièmes, des accords composés, qui ne se retrouvent ni chez Monteverdi ni chez Cavalli. On pensait d’ailleurs que ce type d’accords arrivait plus tard, et l’on s’aperçoit qu’il est déjà présent chez Sacrati. Dans La Finta Pazza, je redécouvre ce type d’harmonies et d’intervalles qu’on peut entendre dans le « Pur ti miro » du Couronnement de Poppée, qui pour moi est clairement une intervention de Sacrati dans la partition. Pour le reste, il s’agit vraiment d’un compositeur qui est en train d’inventer un style, de se construire un laboratoire des émotions, sa musique est donc encore en devenir, il n’a pas un style qui lui soit absolument propre. Cependant, il y a dans sa musique un naturel qui en fait un grand compositeur qui mérite d’être nommé à côté de Cavalli ou Monteverdi. La seule partition disponible de La Finta Pazza provenant d’une reprise à Plaisance en 1644, on pouvait craindre des ajouts musicaux d’une main étrangère. Il n’en est rien. Il y a une homogénéité de style absolue, même concernant les parties instrumentales.
    La basse continue, le continuo, joue bien sûr un rôle prédominant dans cette musique. Dès son invention, autour de 1600, la basse continue est devenue la pulsation qui supporte la respiration des chanteurs, l’élaboration des couleurs, une sorte de deuxième décor, un décor émotionnel. On doit donc avoir une très grande richesse d’instruments, des luths, archiluths, des guitares, des harpes, des clavecins, de l’orgue, des violes de gambe, des lyres : ce sont tous ces instruments qui pourront donner au texte le relief indispensable pour que le public puisse comprendre et ressentir l’émotion grâce à la couleur de la basse continue. Mon approche sur La Finta Pazza ne sera pas différente de celle que j’ai eue pour les opéras de Monteverdi et de Cavalli : c’est toujours le texte qui dicte comment et qui doit l’accompagner.
    La Finta Pazza a joué un rôle fondamental dans l’exportation de l’opéra italien, en particulier en France, où la présence italienne ne cessera véritablement jamais : après Sacrati, il y aura Rossi, Cavalli, Lully, jusqu’aux Piccini, Rossini, Donizetti etc. des XVIIIe et XIXe siècles. Toute cette histoire prend naissance avec cette Finta Pazza, c’est elle qui a inoculé le virus « opéra » à l’Hexagone. Il m’apparaissait donc primordial que cette recréation, après presque quatre siècles, ait lieu en France."
    - Leonardo García Alarcón -
    Production : Opéra de Dijon.
    Coproduction : Opéra Royal / Château de Versailles Spectacles, Festival de Cracovie.
    Spectacle surtitré en français et en anglais

    PROGRAMME

    Francesco Sacrati (1605-1650)
    La Finta Pazza
    Opéra en un prologue et trois actes sur un livret de Giulio Strozzi, créé à Venise en 1641.

  • dim
    17
    Mar
    2019

    La finta pazza, Francesco Sacrati, / Opéra Royal de Versailles / Leonardo García Alarcón (dir. musicale) & Jean-Yves Ruf, (mise en scène)

    14:30Opéra Royal de Versailles (78) F

    Mariana Flores, Deidamia
    Filippo Mineccia, Achille
    Gabriel Jublin, Ulisse
    Valerio Contaldo, Diomede
    Alejandro Meerapfel, Licomede
    Norma Nahoun, Minerva | La Fama
    Kacper Szelążek, Eunuc
    Marcel Beekman, Nodrice
    Salvo Vitale, Capitano
    Julie Roset, Aurora | Giunone
    Alexander Miminoshvili, Vulcano | Giove
    Fiona McGown, Tetide | Vittoria
    Aurelie Marjot, Donzella 1
    Yang Xiu, Donzella 2
    Sarah Hauss, Donzella 3
    Ruben Ruf, Pirro
    Cappella Mediterranea
    Leonardo García Alarcón, Direction
    Jean-Yves Ruf, Mise en scène
    Anaïs de Courson, Assistante à la mise en scène
    Laure Pichat, Décors
    Claudia Jenatsch, Costumes
    Christian Dubet, Lumières
    Cécile Kretschmar, Perruques
    Présentation

    NOUVELLE PRODUCTION
    "On rapporte souvent le succès incroyable de La Finta Pazza à Venise en 1641 à la présence de la diva Anna Renzi et à la machinerie étonnante de Torelli. Mais un spectacle avec un très bon chanteur et une machinerie impressionnante ne peut absolument rien donner si la musique n’est pas extraordinaire. Dès que j’ai pris connaissance de cette partition, qui n’a presque jamais été jouée de nos jours, j’ai immédiatement compris que cette musique avait une qualité surprenante, et pourquoi elle avait produit, même en France, un effet aussi marquant sur le jeune Louis XIV. C’est une pièce qui propose quelque chose de nouveau dans l’histoire de la musique, à un moment où l’opéra devient public, avec un rapport entre texte et musique extrêmement abouti. C’est cette qualité, la qualité de cette musique qui explique que La Finta Pazza fut le premier opéra donné à la Cour de France en 1645, ce pays qui ne connaissait pas du tout l’opéra.
    Si, pour prendre un point de repère, on compare la musique de Sacrati à celle de Monteverdi, on s’aperçoit qu’elle est déjà beaucoup plus ornée, avec plus de colorature, une virtuosité plus explicite, ce que Monteverdi essayait d’éviter lorsque le texte ne le proposait pas, qui l’emmène vers l’opéra plus tardif. Sacrati est en réalité plus proche d’un compositeur comme Cavalli, même si dans l’harmonie, il propose des choses très nouvelles, comme des 4/2, des neuvièmes/septièmes, des accords composés, qui ne se retrouvent ni chez Monteverdi ni chez Cavalli. On pensait d’ailleurs que ce type d’accords arrivait plus tard, et l’on s’aperçoit qu’il est déjà présent chez Sacrati. Dans La Finta Pazza, je redécouvre ce type d’harmonies et d’intervalles qu’on peut entendre dans le « Pur ti miro » du Couronnement de Poppée, qui pour moi est clairement une intervention de Sacrati dans la partition. Pour le reste, il s’agit vraiment d’un compositeur qui est en train d’inventer un style, de se construire un laboratoire des émotions, sa musique est donc encore en devenir, il n’a pas un style qui lui soit absolument propre. Cependant, il y a dans sa musique un naturel qui en fait un grand compositeur qui mérite d’être nommé à côté de Cavalli ou Monteverdi. La seule partition disponible de La Finta Pazza provenant d’une reprise à Plaisance en 1644, on pouvait craindre des ajouts musicaux d’une main étrangère. Il n’en est rien. Il y a une homogénéité de style absolue, même concernant les parties instrumentales.
    La basse continue, le continuo, joue bien sûr un rôle prédominant dans cette musique. Dès son invention, autour de 1600, la basse continue est devenue la pulsation qui supporte la respiration des chanteurs, l’élaboration des couleurs, une sorte de deuxième décor, un décor émotionnel. On doit donc avoir une très grande richesse d’instruments, des luths, archiluths, des guitares, des harpes, des clavecins, de l’orgue, des violes de gambe, des lyres : ce sont tous ces instruments qui pourront donner au texte le relief indispensable pour que le public puisse comprendre et ressentir l’émotion grâce à la couleur de la basse continue. Mon approche sur La Finta Pazza ne sera pas différente de celle que j’ai eue pour les opéras de Monteverdi et de Cavalli : c’est toujours le texte qui dicte comment et qui doit l’accompagner.
    La Finta Pazza a joué un rôle fondamental dans l’exportation de l’opéra italien, en particulier en France, où la présence italienne ne cessera véritablement jamais : après Sacrati, il y aura Rossi, Cavalli, Lully, jusqu’aux Piccini, Rossini, Donizetti etc. des XVIIIe et XIXe siècles. Toute cette histoire prend naissance avec cette Finta Pazza, c’est elle qui a inoculé le virus « opéra » à l’Hexagone. Il m’apparaissait donc primordial que cette recréation, après presque quatre siècles, ait lieu en France."
    - Leonardo García Alarcón -
    Production : Opéra de Dijon.
    Coproduction : Opéra Royal / Château de Versailles Spectacles, Festival de Cracovie.
    Spectacle surtitré en français et en anglais

    PROGRAMME

    Francesco Sacrati (1605-1650)
    La Finta Pazza
    Opéra en un prologue et trois actes sur un livret de Giulio Strozzi, créé à Venise en 1641.

  • ven
    29
    Mar
    2019

    Luca Marenzio - Il pastor fido, sortie CD/ La Pedrina / Francesco Saverio Pedrini

    19:30Basel (lieu à préciser) Suisse

    La Pedrina, dir Francesco Saverio Pedrini
    6 chanteurs, harpe, théorbe & viole de gambe.

    Luca Marenzio: Il pastor fido, VI,VIIème & VIIIème livres de Madrigaux

  • jeu
    04
    Avr
    2019

    Au long de la Loire / Ensemble Jacques Moderne / dir. Joël Suhubiette

    à préciserSaint-Dyé-sur-Loire (41)

    Concert de présentation du Festival de Chambord

    Église de Saint-Dyé-sur-Loire
    56 rue de l'Église
    41500 Saint-Dyé-sur-Loire

    Ce programme est enrichi d’une ouverture sonore réalisée par l'audio-naturaliste Boris Jollivet, qui viendra compléter, en intermède, les pièces musicales.

  • mar
    16
    Avr
    2019

    J.S Bach Matthäus Passion BWV 244 / la Capella Reial & le Concert des Nations, dir. Jordi Savall

    20:30Auditorium de Barcelone (E)

    J.S Bach Matthäus Passion BWV 244 / Jordi Savall
    Le concert des Nations & la Capella Reial de Catalunya.

  • mer
    17
    Avr
    2019

    J.S Bach Matthäus Passion BWV 244 / la Capella Reial & le Concert des Nations, dir. Jordi Savall

    20:00Chapelle Royale, Château de Versailles, Versailles (78)

    J.S Bach Matthäus Passion BWV 244 / Jordi Savall
    Le concert des Nations & la Capella Reial de Catalunya.

  • jeu
    18
    Avr
    2019

    J.S Bach Matthäus Passion BWV 244 / la Capella Reial & le Concert des Nations, dir. Jordi Savall

    20:30Philharmonie de Paris, Paris (75)

    J.S Bach Matthäus Passion BWV 244 / Jordi Savall
    Le concert des Nations & la Capella Reial de Catalunya.

  • dim
    05
    Mai
    2019

    Bach Konzert Olten / La Pedrina / F. Saverio Pedrini

    17:00Sankt Mauritiuskirche, Trimbach / Olten (Suisse)

    Cantate BWV 170 Vergnügte Ruh, beliebte Seelenlust (Bienheureuse paix, bien-aimée béatitude)
    Cantate BWV 82 ch habe genug (Je suis comblé)

    Gabriel Jublin, contre-ténor soliste.

    Bach Konzert Olten / La Pedrina / F. Saverio Pedrini, Trimbach, Suisse

  • jeu
    23
    Mai
    2019

    Au long de la Loire / Ensemble Jacques Moderne / dir. Joël Suhubiette

    horaire à préciserCollégiale Saint-Martin, Angers (49)

    Les Résonances Saint-Martin
    Le 23 mai 2019
    ANGERS (49)

    Au Long de la Loire 11 chanteurs a cappella – direction Joël Suhubiette, programme de polyphonies de la Renaissance qui agit comme un portrait musical du fleuve. Il se construit autour des compositeurs ayant vécu au bord de la Loire : Jean de Ockeghem, Clément Janequin, Fabrice Caietain, Pierre Certon, Jean Mouton, Antoine de Févin et Guillaume Faugues.Ce programme est enrichi d’une ouverture sonore réalisée par l'audio-naturaliste Boris Jollivet, qui viendra compléter, en intermède, les pièces musicales.

  • sam
    08
    Juin
    2019

    Récital Réjouissances baroques / Abbaye du Thoronet

    19h30Abbaye du Thoronet (83) F

    Réjouissances baroques
    Récital de Gabriel Jublin accompagné instruments baroques (clavecin, violoncelle baroque & théorbe)

  • sam
    22
    Juin
    2019

    Au long de la Loire / Ensemble Jacques Moderne / dir. Joël Suhubiette

    horaire à préciserAbbaye de Noirlac, (18)

    AU LONG DE LA LOIRE, À L'ÉCOUTE DU FLEUVE, SUR LES PAS DE LÉONARD...
    Les Traversées de Noirlac
    Le 22 juin 2019
    BRUÈRE-ALLICHAMPS (18)

    Au Long de la Loire 11 chanteurs a cappella – direction Joël Suhubiette, programme de polyphonies de la Renaissance qui agit comme un portrait musical du fleuve. Il se construit autour des compositeurs ayant vécu au bord de la Loire : Jean de Ockeghem, Clément Janequin, Fabrice Caietain, Pierre Certon, Jean Mouton, Antoine de Févin et Guillaume Faugues.Ce programme est enrichi d’une ouverture sonore réalisée par l'audio-naturaliste Boris Jollivet, qui viendra compléter, en intermède, les pièces musicales.

  • jeu
    04
    Juil
    2019

    Vêpres Romaines / Ensemble Jacques Moderne / dir. Joël Suhubiette

    horaire à préciserChâteau de Chambord, Saint Dyé sur Loire (41)

    Festival de Chambord
    Le 10 juillet 2019
    SAINT-DYÉ-SUR-LOIRE (41)

    Alessandro Scarlatti : Laudate Pueri Dominum - Lauda Jerusalem - Magnificat, Pietro Paolo Bencini : Deus in Adjutorium - Dixit Dominus - Beatus Vir - Ave Maris Stella
    Centre du pouvoir pontifical, la Rome baroque déployait des fastes musicaux incomparables, avec des pages chorales somptueuses, entre ferveur et pureté (le Vatican exigeait la plus haute tenue expressive), recelant cependant de généreux doubles chœurs. Bencini et Scarlatti en sont des illustrations magistrales.
    Ensemble Jacques Moderne, Joël Suhubiette, direction

  • sam
    27
    Juil
    2019

    Au long de la Loire / Ensemble Jacques Moderne / dir. Joël Suhubiette

    horaire à préciserManoir de la Possonière, Couture sur Loire (41)

    AU LONG DE LA LOIRE, À L'ÉCOUTE DU FLEUVE...
    Les Rendez-vous de La Possonnière
    Le 27 juillet 2019
    COUTURE-SUR-LOIRE (41)

    Au Long de la Loire 11 chanteurs a cappella – direction Joël Suhubiette, programme de polyphonies de la Renaissance qui agit comme un portrait musical du fleuve. Il se construit autour des compositeurs ayant vécu au bord de la Loire : Jean de Ockeghem, Clément Janequin, Fabrice Caietain, Pierre Certon, Jean Mouton, Antoine de Févin et Guillaume Faugues.Ce programme est enrichi d’une ouverture sonore réalisée par l'audio-naturaliste Boris Jollivet, qui viendra compléter, en intermède, les pièces musicales.

  • sam
    31
    Août
    2019

    Au long de la Loire / Ensemble Jacques Moderne / dir. Joël Suhubiette

    horaire à préciserCollegiale Saint Jean-Baptiste, Montrésor (37)

    AU LONG DE LA LOIRE, À L'ÉCOUTE DU FLEUVE...
    500 ans de la Collégiale Saint-Jean-Baptiste
    Le 31 août 2019
    MONTRÉSOR (37)

    Au Long de la Loire 11 chanteurs a cappella – direction Joël Suhubiette, programme de polyphonies de la Renaissance qui agit comme un portrait musical du fleuve. Il se construit autour des compositeurs ayant vécu au bord de la Loire : Jean de Ockeghem, Clément Janequin, Fabrice Caietain, Pierre Certon, Jean Mouton, Antoine de Févin et Guillaume Faugues.Ce programme est enrichi d’une ouverture sonore réalisée par l'audio-naturaliste Boris Jollivet, qui viendra compléter, en intermède, les pièces musicales.

  • sam
    21
    Sep
    2019

    Vars Musica / Ave Maris Stella

    19h30Abbaye du Thoronet (83) F

    Nouveau programme "Ave Maris Stella"
    Oeuvres de la Renaissance Anglaise, Byrd & Tallis, improvisations

    Ensemble Vars Musica
    Gabriel Jublin, contre-ténor
    Matthias Deger, ténor
    Davide Benetti, basse

  • dim
    29
    Sep
    2019

    Au long de la Loire / Ensemble Jacques Moderne / dir. Joël Suhubiette

    horaire à préciserChateau de Valençay, Valençay (36)

    AU LONG DE LA LOIRE, À L'ÉCOUTE DU FLEUVE...
    Festival Talleyrand
    Le 29 septembre 2019
    VALENCAY (36)

    Au Long de la Loire 11 chanteurs a cappella – direction Joël Suhubiette, programme de polyphonies de la Renaissance qui agit comme un portrait musical du fleuve. Il se construit autour des compositeurs ayant vécu au bord de la Loire : Jean de Ockeghem, Clément Janequin, Fabrice Caietain, Pierre Certon, Jean Mouton, Antoine de Févin et Guillaume Faugues.Ce programme est enrichi d’une ouverture sonore réalisée par l'audio-naturaliste Boris Jollivet, qui viendra compléter, en intermède, les pièces musicales.

  • sam
    09
    Nov
    2019

    Au long de la Loire / Ensemble Jacques Moderne / dir. Joël Suhubiette

    horaire à préciserL'Église Notre-Dame, Vouvray, (37)

    AU LONG DE LA LOIRE, À L'ÉCOUTE DU FLEUVE...
    Journée Charles Bordes
    Le 9 novembre 2019
    VOUVRAY (37)

    Au Long de la Loire 11 chanteurs a cappella – direction Joël Suhubiette, programme de polyphonies de la Renaissance qui agit comme un portrait musical du fleuve. Il se construit autour des compositeurs ayant vécu au bord de la Loire : Jean de Ockeghem, Clément Janequin, Fabrice Caietain, Pierre Certon, Jean Mouton, Antoine de Févin et Guillaume Faugues.Ce programme est enrichi d’une ouverture sonore réalisée par l'audio-naturaliste Boris Jollivet, qui viendra compléter, en intermède, les pièces musicales.

  • dim
    10
    Nov
    2019

    Au long de la Loire / Ensemble Jacques Moderne / dir. Joël Suhubiette

    horaire à préciseréglise de Tours, Tours (37)

    AU LONG DE LA LOIRE, À L'ÉCOUTE DU FLEUVE...
    Journée Charles Bordes
    Le 10 novembre 2019
    TOURS (37)

    Au Long de la Loire 11 chanteurs a cappella – direction Joël Suhubiette, programme de polyphonies de la Renaissance qui agit comme un portrait musical du fleuve. Il se construit autour des compositeurs ayant vécu au bord de la Loire : Jean de Ockeghem, Clément Janequin, Fabrice Caietain, Pierre Certon, Jean Mouton, Antoine de Févin et Guillaume Faugues.Ce programme est enrichi d’une ouverture sonore réalisée par l'audio-naturaliste Boris Jollivet, qui viendra compléter, en intermède, les pièces musicales.

  • dim
    17
    Nov
    2019

    Bach Konzert Olten / La Pedrina / F. Saverio Pedrini

    17:00Sankt Martinskirche Olten (CH)

    Cantate BWV 119 Preise, Jerusalem, den Herrn (Prie le Seigneur, Jérusalem),
    Motet BWV 225 Singet dem Herrn ein neues Lied (Chantez au Seigneur un chant nouveau)

    Bach Konzert Olten / La Pedrina / F. Saverio Pedrini, Olten, Suisse

  • dim
    08
    Déc
    2019

    Tears of London / Ensemble Jacques Moderne / dir. Joël Suhubiette

    horaire à préciserSalle Rostaing, Onzain (41)

    TEARS OF LONDON
    Saison culturelle des Douves - Les Arts d'Hélion
    Le 8 décembre 2019
    ONZAIN (41)

    Tears of London - Festival Concerts d'Automne - Tours
    Les Lamentations de Robert White sont particulièrement raffinées et représentent un point culminant de la musique chorale élisabéthaine. White réussit à exploiter le potentiel expressif du texte, tout en manipulant très habilement des structures musicales complexes. Deux autres grands maîtres de la Renaissance anglaise que sont Thomas Tallis et son élève, William Byrd, tous deux musiciens de la Chapelle Royale, ont composé pour différentes liturgies, catholique romaine et anglicane. Tallis est d’ailleurs l’un des premiers à composer pour la nouvelle liturgie anglicane, notamment les Anthems présentées dans ce programme. Son disciple, quant à lui fervent catholique, a composé de nombreux Motets. Ceux choisis pour ce programme illustrent la richesse de la polyphonie en imitation et la souplesse du contrepoint de Byrd.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *