Gabriel Jublin – Contre-Ténor – Chant Lyrique |
2
home,page,page-id-2,page-template-default,ajax_updown_fade,page_not_loaded,boxed

Gabriel Jublin (Photographe Bertrand Pichène)

Contre-ténor – Gabriel a étudié le chant au sein du département de musique ancienne du Conservatoire National Supérieur de Musique de Lyon dans la classe de Marie-Claude Vallin et y obtient en 2010 une licence (DNSPM) puis à la Schola Cantorum de Bâle dans les classes de Dominique Vellard et Gerd Türk et y obtient en 2013 un Master à l’unanimité avec les félicitations du jury.
Il a aussi suivi les classes de maitres de Richard Levitt, Andréas Scholl et Margreet Honig à Bâle.
Egalement instrumentiste, il a obtenu les premiers prix de Cor et de Musique de Chambre au CNR de Nice.

En septembre 2016, Gabriel s’est produit dans un récital de musique italienne du 17ème « Lacrime e sospiri » avec La Pedrina, dir. Francesco Saverio Pedrini, en la Wildt’sches Haus de Bâle. Durant l’été 2016, Gabriel a pris part à une tournée Motets et Cantates de Bach lors de festivals dans la région Rhône-Alpes avec Spirito / Choeur Britten, dir. Nicole Corti. Au printemps 2016, il a chanté dans un programme de D. Scarlatti, Missa « La Stella » et le Stabat Mater à 10 voix, au Festival Concerti per Maria Vergine de la Società del Quartetto di Milano avec Il Canto di Orfeo, dir. Gianluca Capuano.

Il s’est produit en 2015 dans la Missa Salisburgensis de H.I.F Biber à l’auditorium de Barcelone ainsi qu’au Konzerthaus de Vienne avec la Capeilla Real de Catalunya et le Concert des Nations sous la direction de Jordi Savall.  Gabriel a donné à l’automne 2014 une tournée de 5 concerts de la Missa Papae Marcelli de P. Palestrina au Mexique avec Odhecaton dir. Paolo da Col. Gabriel a réalisé ses débuts à l’opéra en juillet 2014 dans le rôle de Pastore III dans l’Orfeo de C.Monteverdi au Bayerish Staatsoper de Munich sous la direction de Ivor Bolton, mise en scène David Bösch. Ces dernières années, on a pu l’entendre en solo dans différentes séries de cantates de J.S Bach à Lyon et à Aix en Provence, dans la messe en si BWV 232 de J.S Bach lors de la XVIIIème Académie Baroque Européenne d’Ambronay sous la direction de Sigiswald Kuijken à l’occasion d’une grande tournée Européenne. On le retrouve dans cette même oeuvre à la Philharmonie de Berlin…